"Create a visible and accessible museum network for Caribbean
museums and museum professionals to share knowledge and expertise"

L’AMC à l’ICOM: Qu’est-ce qui définit un musée?

October 24, 2019

En septembre, les membres de l’AMC ont assisté au congrès triennal de l’ICOM à Kyoto. Le congrès était mentionné dans les journaux au Japon tous les jours. Même à l’échelle internationale, le congrès a été repris par les nouvelles en raison d’un énorme débat qui a éclaté: l’ICOM allait-il changer sa définition de «musée»?

L’ICOM est le Conseil international des musées. L’organisation a été fondée à Paris en 1946 et travaille aujourd’hui pour soutenir les musées et leur personnel à travers le monde. En 2018, l’ICOM comptait 44 686 membres, dont la plupart sont des personnes travaillant dans des musées ou des musées de recherche. À l’échelle mondiale, l’ICOM participe à des travaux et à des conversations liées aux musées et à leurs collections. Pour les professionnels des musées, le Code de déontologie de l’ICOM est un document directeur utilisé par de nombreuses institutions muséales qui fournit des informations par exemple sur la façon d’acquérir de nouvelles collections sur le plan éthique, ou sur ce qu’il faut faire avec des objets indésirables. Les Listes rouges des objets culturels en péril de l’ICOM sont des outils pratiques pour freiner le trafic illicite d’objets culturels et sont utilisés entre autres par les fonctionnaires des douanes et la police. Peut-être mieux connu du public est l’événement annuel de l’ICOM: La Journée internationale des musées. Celle-ci a lieu le 18 mai et est célébrée avec des événements spéciaux et des activités dans des dizaines de milliers de musées à travers le monde.

Conférence triennale de l’ICOM. Image: ICOM Kyoto 2019.

Tous les trois ans, l’ICOM organise un grand congrès. Ce congrès triennal, sous le thème « Musées comme centres culturels : l’avenir de la tradition », a été organisé par l’ICOM Japon et s’est tenu à Kyoto les 1er et 7 septembre 2019. Le programme était rempli de réunions officielles des conseils et des comités, de conférences d’ouverture, de séances plénières et d’ateliers. Il y avait des événements sociaux presque tous les soirs dans les musées de Kyoto ou des lieux patrimoniaux. Pendant plusieurs jours, les 30 comités internationaux de l’ICOM ont chacun tenu des sessions parallèles. Parallèlement à la conférence, une grande exposition muséale a eu lieu dans trois salles du Centre international de conférences de Kyoto. Le congrès a reçu plus de 5000 participants.

Session conjointe AMC/CAM/AFRICOM/PIMA

L’AMCa participé à une session conjointe avec des représentants de l’Association des musées du Commonwealth (ACAM) et de l’AFRICOM. Malheureusement, la Pacific Islands Museums Association (PIMA) n’était pas présente. Ruth Linton, ancienne membre du conseil d’administration (Musée du Parlement et National Heroes Gallery – ICOM Barbados) et Csilla Ariese, directrice des communications de l’AMC, ont présenté les travaux récents de l’AMC. La session a été conçue pour permettre à ces organisations dites affiliées de l’ICOM de se réunir, de discuter de questions communes et de travailler à des solutions communes. CAM, AFRICOM, PIMA et l’AMC sont essentiels pour faire en sorte que certaines voix restent entendues au sein de la communauté muséale internationale. Pour les Caraïbes, de nombreuses îles ou pays peuvent ne pas avoir suffisamment de membres de l’ICOM pour avoir leur propre Comité national pour les représenter formellement, ou ils peuvent ne pas être représentés de manière adéquate par des comités nationaux à l’étranger. La session conjointe s’est terminée par un engagement à tendre la main à PIMA pour soutenir une relance de l’organisation, ainsi que des plans pour proposer à l’ICOM un soutien accru à ces organisations affiliées.

Image: EU-LAC-Musées 2019

Table ronde sur les musées communautaires

L’AMC a également participé à une table ronde organisée par le projet EU-LAC-Musées autour de la question : « Qu’est-ce qu’un musée communautaire dans votre région ? » Au nom de l’AMC, Csilla Ariese a été l’une des panélistes à parler des musées des Caraïbes sur la base de ses recherches doctorales. Le panel comprenait également Bruno Brulon Soares (ICOFOM; Brésil), Kenji Saotome (ICOM-ICR; Japon), Luis Raposo (ICOM-Europe; Portugal), et Samuel Franco Arce (ICOM-LAC; Guatemala). La présidente de la table ronde, Alissandra Cummins (ancienne présidente de l’AMC; Musée et Société historique de la Barbade), a demandé aux panélistes de répondre à ces quatre questions:

1. Qu’est-ce à votre avis qu’un musée communautaire?
2. Quels types de petits musées locaux existent actuellement dans votre pays?
3. Quelle est la relation entre les musées communautaires de votre pays et le développement local? À quel genre de développement pensez-vous, et de quelle façon le musée communautaire y contribue-t-il? (par exemple, économique, environnemental, social)
4. Quels obstacles existent pour renforcer l’autonomisation des communautés par le biais de musées locaux dans votre pays, et comment pourrions-nous les surmonter?

La discussion a montré qu’il existe des différences dans la façon dont les gens définissent le «musée communautaire» à travers le monde, bien que des termes tels que «petit» et «local» ont été mentionnés par la plupart des panélistes. Les défis auxquels sont confrontés les musées communautaires sont souvent très particulièrement liés aux milieux locaux, mais encore une fois, il a été possible de voir certains thèmes généraux, comme le manque de reconnaissance ou la vulnérabilité aux projets de développement.

Durabilité

La crise planétaire en termes de changement climatique et la nécessité pour les musées de se concentrer sur la durabilité ont été une conversation importante lors de la conférence. Comment les musées peuvent-ils fournir aux visiteurs des informations sur le changement climatique, tout en devenant eux-mêmes des institutions plus durables? Les délégués n’ont pas tardé à réfléchir sur eux-mêmes et sur le congrès, s’interrogeant sur la durabilité d’une réunion internationale aussi importante et sur son impact sur l’environnement. L’urgence de la crise climatique a été mise en évidence par la destruction de l’ouragan Dorian frappant simultanément l’autre côté du monde alors qu’il tournait  au-dessus de l’île d’Abaco et de l’île de Grand Bahama pendant deux jours. Le Musée des beaux-arts des Bahamas s’est rapidement mobilisé pour soutenir ses communautés touchées en matière de santé mentale et en recueillant des dons matériels.

La définition du terme « musée »

Le plus grand débat portait sur la définition du terme « musée ». Nous avons tous une idée de ce que sont les musées, de ce qu’ils peuvent être et de ce qu’ils ne sont pas, mais dans le cadre de son Code de déontologie, l’ICOM fournit une définition officielle du terme. Dans de nombreux pays du monde, cette définition du musée est extrêmement importante. Dans certains endroits, il est inclus dans la législation sur le patrimoine, ailleurs, il constitue la base des associations muséales nationales et détermine qui peut être membre, ou il peut être utilisé pour déterminer qui est admissible au financement culturel. Peut-être pourriez-vous être surpris d’apprendre que la première définition de 1946 comprend les zoos et les jardins botaniques, mais exclut les bibliothèques. L’ICOM travaille sur une nouvelle définition depuis sa dernière triennale en 2016 grâce à un processus collaboratif. Plus de 250 suggestions de nouvelle définition ont été reçues du public et distillées par le groupe de travail. À Kyoto, l’Assemblée générale a été invitée à voter sur l’une d’elles:

Les musées sont des espaces démocratiques, inclusifs et polyphoniques qui favorisent le dialogue critique sur le passé et l’avenir. En reconnaissant les conflits et les défis actuels et en y faisant face, ils préservent des artefacts et des spécimens que la société leur confie, protègent des souvenirs divers pour les générations futures et garantissent l’égalité des droits et l’égalité d’accès au patrimoine pour tous les peuples.
Les musées ne sont pas à but lucratif. Ils sont participatifs et transparents, et travaillent en partenariat actif avec et pour diverses communautés afin de recueillir, préserver, rechercher, interpréter, exposer et améliorer la compréhension du monde, dans le but de contribuer à la dignité humaine et à la justice sociale, l’égalité et le bien-être planétaire.

L’Assemblée générale extraordinaire de l’ICOM Kyoto a voté une nouvelle définition du terme « musée ». Photo: Csilla Ariese 2019.

La plupart des participants à la conférence étaient satisfaits de l’intention générale et du sens de la nouvelle définition proposée et étaient heureux de voir qu’elle crée un rôle important pour les musées d’être des parties actives de la société contemporaine. Cependant, même s’ils étaient satisfaits du message, presque tout le monde pensait que ce n’était pas une définition. Il s’agissait peut-être davantage d’un énoncé de vision, d’une mission, d’une feuille de route, ou même d’objectifs tels que des objectifs de développement stratégique. Les délégués craignaient que la modification de la définition de ce texte n’entraîne des questions juridiques, politiques et pratiques. La définition des musées comme des « espaces de démocratisation » jouerait-elle entre les mains de politiciens qui pourraient alors rejeter les musées comme anti-étatiques et retirer leur soutien financier? Ou protégerait-elle les institutions muséales qui pourraient avoir des récits antigouvernementaux? Une telle définition pourrait-elle être appliquée en matière de lois sur le patrimoine culturel? Une partie des membres a demandé un report du vote. D’autres ont soutenu que le vote était à l’ordre du jour et qu’il devait avoir lieu. Csilla Ariese était présente dans la salle pour voter au nom de l’AMC et était hésitante sur la façon de voter: « Oui, je sentais que la définition était pertinente pour de nombreux musées des Caraïbes. Mais je pouvais imaginer comment elle pourrait protéger et renforcer certaines institutions, tout en pouvant en mettre d’autres en péril. J’aurais aimé voter « oui » au texte comme « énoncé de vision » mais développer une définition plus générale d’une seule phrase. Mais serait-il sage de voter «oui», de changer les statuts de l’ICOM et d’avoir un impact sur la législation au-delà de ce que je pourrais superviser, juste pour soutenir le sentiment de la définition? »

J’étais là quand la définition du musée a été discutée à Kyoto. Image: Roeland Paardekooper 2019.

En fin de compte, il est devenu clair qu’un vote sur la définition ne serait jamais adopté car il avait besoin d’une majorité des deux tiers. Le Président de l’ICOM et le Président de l’Assemblée Générale Extraordinaire ont choisi de voter sur le report d’une décision sur la définition au plus tard à la prochaine Assemblée générale de l’ICOM, l’année prochaine à Paris. Le vote de report est passé. Avec cela, le groupe de travail pour la nouvelle définition peut se remettre au travail. 

Et maintenant ? Le groupe de travail se remettra à travailler sur la définition, mais aura certainement besoin de plus d’aide de la part de l’ICOM et de ses membres. Le moment est venu de se joindre au débat. Un bon point de départ pourrait être la lecture du numéro de Museum International consacré à la définition du terme « musée ». Si vous êtes déjà membre de l’ICOM, vous pouvez envisager de vous joindre à un Comité international ou de devenir plus actif au sein de votre Comité national pour participer à la discussion à venir. L’AMC continuera de faire partie de la conversation et s’efforcera de faire en sorte que le processus de vote de l’année prochaine à Paris soit aussi inclusif et représentatif que possible. Il s’agit d’un défi pour l’ICOM, une organisation qui compte 80 % de ses membres en Europe, il sera donc crucial de trouver des moyens pour les membres de l’ICOM de l’extérieur de l’Europe d’assister au vote.