"Create a visible and accessible museum network for Caribbean
museums and museum professionals to share knowledge and expertise"

Le coin des membres de l’AMC: Mariel Quiñones Vélez

October 24, 2019

« Le coin des membres de l’AMC » est un moyen de découvrir les membres de l’AMC et de comprendre le travail continu et les défis des musées de la région. Dans cette première édition, nous vous présentons un entretien avec Mariel Quiñones Vélez. Elle travaille en tant que conservatrice au Musée d’Art Dr. Pío López de l’Université de Porto Rico à Cayey.

Mariel Quiñones Vélez

Nombre d’années à l’institution actuelle: 16
Nombre d’années dans la profession muséale:  21

Comment vous êtes-vous impliquée pour la première fois dans le secteur des musées?

En 1997, le gouvernement de Porto Rico a lancé un important projet culturel : la création du premier grand musée dédié aux arts portoricains. L’année suivante, j’ai été embauchée comme assistante de conservation pour mener des recherches sur les artistes portoricains qui feraient partie de la collection permanente de ce musée. Le musée a été en construction pendant trois ans jusqu’à son ouverture en 2000. Dans le cadre du premier département de conservation du Musée d’Art de Porto Rico, j’ai collaboré à la production de l’exposition d’ouverture du musée intitulée “Trésors de la peinture portoricaine”. En 2003, j’ai eu l’occasion de poursuivre mon travail dans un milieu académique en tant que conservateur du Musée d’Art de Pío López, un musée petit mais important situé à Cayey, une ville dans la région centrale de l’île. Le directeur du Musée de l’époque était le célèbre artiste Antonio Martorell. Le personnel du Musée d’Art de Pío López n’est composé que de quatre personnes : un directeur, un conservateur, un éducateur et un registraire.

Le Musée d’Art de Pío López

Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Mon projet d’exposition le plus récent, intitulé « Le sujet dévoilé », a étudié l’auto-représentation dans la photographie portoricaine. L’exposition sera présentée jusqu’en mai 2020 et présente des œuvres photographiques et mixtes de 24 artistes qui utilisent l’auto-représentation comme un moyen de révéler leur propre réalité collective et les défis auxquels font face les Portoricains dans un territoire colonial du 21ème siècle. Des thèmes comme le genre, la migration, le corps politique, le féminisme et les révisions historiques sont puissamment montrés dans les auto-images créées par diverses générations d’artistes et de photographes portoricains qui vivent sur l’île ou font partie de la diaspora.

« Le sujet dévoilé » : l’auto-représentation dans la photographie contemporaine à Porto Rico (El sujeto develado: autoimagen y fotografía contemporánea en Puerto Rico).

Quels sont les défis propres au travail muséal à Porto Rico?

Porto Rico n’est pas un pays indépendant et n’a pas été en mesure de développer sa propre économie. Au lieu de cela, le gouvernement de Porto Rico a accumulé une dette d’un milliard de dollars qui ne peut pas être payée. A cela s’ajoute l’impact de 80 millions de pertes dues à l’ouragan Maria en 2017. Les musées, comme d’autres institutions de Porto Rico, sont aux prises avec des restrictions budgétaires en raison du plan économique actuel mis en œuvre par un conseil externe de surveillance financière et de gestion pour s’assurer que Porto Rico paie sa dette publique de 70 000 millions de dollars. Le plan financier de ce conseil de surveillance a été de réduire les pensions de retraite, l’assurance maladie, les prestations d’emploi et l’éducation publique à la classe ouvrière.  Dans ce scénario, la priorité des Portoricains est d’assurer leurs besoins essentiels. Les musées de Porto Rico doivent mettre en œuvre de nouvelles façons créatives d’aborder cette réalité.

Nous avons de bons musées accrédités AAM à Porto Rico qui font un excellent travail, mais l’île manque de possibilités d’emploi pour les professionnels des musées et de programmes universitaires dans le domaine. De nombreux musées de Porto Rico n’ont pas de postes de conservateur en raison des restrictions budgétaires. Le travail de conservation est assumé par les directeurs de musées ou par des conservateurs sous contrat pour des projets uniques. Les conservateurs potentiels de musées n’ont pas de possibilités de carrière dans les musées de Porto Rico en ce moment. Nous n’avons pas de culture de financement privé qui peut soutenir les postes du personnel des musées contrairement aux pays continentaux, ce qui crée un exode de conservateurs et d’universitaires talentueux.   

Quel a été l’impact de la saison des ouragans 2017 sur le secteur muséal à Porto Rico?

La saison des ouragans de 2017 a durement touché l’ensemble du pays, qui n’était pas préparé pour le coup d’un ouragan de catégorie 5. Cependant, les musées dotés d’une meilleure structure physique et de meilleures ressources ont été en mesure de mettre en œuvre avec succès leurs plans d’urgence pour protéger leurs collections. Le Puerto Rico Museum of Art de San Juan a servi de dépôt national pour d’autres collections dont les bâtiments ont été touchés. Plusieurs programmes de sauvetage du patrimoine culturel aux États-Unis ont aidé à la récupération de matériaux historiques. Au cours des deux dernières années, la sensibilisation aux défis que doivent relever les musées pour gérer des catastrophes naturelles de ce type s’est accrue. Cependant, le processus de stabilisation a été lent pour les institutions gouvernementales qui dépendent du budget public.


Contactez l’AMC si vous souhaitez que votre entretien soit publié  dans le coin des membres. On vous demandera de répondre brièvement aux mêmes questions et de nous envoyer une ou plusieurs images.